Accueil » Retour sur Souk, Une autre histoire du Maghreb, juin 2021

Retour sur Souk, Une autre histoire du Maghreb, juin 2021

Festival Parade(s) à Nanterre le 6 juin
Festival Presque Chahuts à Bordeaux le 19 juin

Nous retrouvons Souk, une autre histoire du Maghreb, caché dans nos malles depuis plusieurs mois. Nous dé-voilons ainsi nos ustensiles de cuisine, nos gamelles, nos précieux livres, nos carnets de bord, nos tabliers, nos mémoires trouées, la Méditerranée plurielle.
Nous retrouvons les mots à dire, les petits bancs de notre théâtre d’étalage, les invitations de l’ailleurs.

A Nanterre il y a Zahra qui ne lâche pas la main de son papa et qui adore lire.
Et ce monsieur dont nous ne savons pas le nom qui tend la main et repart avec une gamelle de soupe en souriant malgré sa misère nonchalante.

Nous sommes au cœur de notre Souk, la chorba est la soupe traditionnelle de rupture du jeûne pendant le ramadan, celle que l’on prépare toujours plus, pour les mendiants, les nécessiteux.
Nous nous souvenons des moments de création à Lille lorsque nous tentions de creuser un sillon sur les marchés de la ville et d’inventer cette pièce. Nous avions souvent trop de soupe et allions la donner dans le camp de réfugiés à quelques mètres du centre-ville. Il y avait beaucoup de jeunes tout juste arrivés d’Erythrée qui voulaient surtout des morceaux de viandes…
Que sont-ils devenus ?
L’immensité de cette question nous plonge dans un silence de circonstances.

A Bordeaux il y a cette dame avec son sachet de médicaments qui me donne deux petites pièces alors que je lis une lettre parlant de l’exil.
Et cet enfant dont nous ne savons pas le nom, qui ne dit rien lorsque nous interprétons « La complainte des mendiants arabes de la Casbah » sauf lorsque nous distribuons des miettes de pain, parce qu’il en voudrait davantage.



Littératures et Mendicités… Tiens donc…

Le festival Chahuts fête ses trente ans d’existence. Nous cuisinons trente litres de soupe. Il n’en reste pas une goutte.
La générosité d’un rapport à l’autre évident, simple, humain résonne sur les pavés.

La poésie, entre cri et bercement s’invite dans le brouhaha de la ville, c’est comme une évidence. Et une lutte.

Nous adressons un immense MERCI CHOUKRAN !

A l’équipe de Parade(s) et de Chahuts pour leur confiance et leur résistance dans la tourmente de ces mois asphixiés.
A l’équipe de l’OARA, précieux partenaire sur les routes des compagnies.

Les photos de Souk au festival Presque Chahuts, le 19 juin 2021

L’émission de la Clé des Onde spéciale Souk

Accéder à la présentation de la pièce

Crédits photos et vidéo Katie Palluault