Accueil » Les interprètes En langueS françaiseS

Les interprètes En langueS françaiseS

10 pays
10 auteurs
10 interprètes

Dissensus / Consensus : Nos Communs  

Spicilèges* 

Mains de Christophe Lafargue

« Si je pense Algérie, je pense à mon père, je pense à la guerre d’Algérie ou je pense à la guerre d’Algérie avant de penser à mon père ou je n’en sais rien.
Ou je pense à de la fracture, je pense toujours à des choses de l’ordre de la fracture de toutes façons parce que c’est pas joli tout ça, je n’y vois rien de joli en fait,  dans un premier temps.
Parce que je le relie forcément à l’histoire et que l’histoire n’est pas très jolie, même si elle peut laisser de belles traces, souvent il y en a qui sont irréversibles. 
Donc je suis très emprisonné dans ces questions historiques versus exotique, versus – oui – coupables. »

Christophe « Garniouze » Lafargue

Mains d'Isabelle Loubère

Comment aborde-t-on l’histoire de la langue en parlant de la langue ?
Comment parler différemment sa langue maternelle et le français ?
Comment penser différemment d’une langue à l’autre ?
Au-delà de l’aspect de la francophonie, nous abordons la souffrance des gens dans leurs pays et comment la langue française finalement sert à dire cette souffrance, sert à s’en protéger, sert à prendre de la distance.

Cette humanité qui en chie tout le temps. Heureusement que les mots réparent aussi. 

Isabelle Loubère

Mains de François Rascalou

J’entends cette langue créole, créolisée, créole. J’aimerais un texte qui soit riche de sonorités. Pour faire un travail de bouches, de chairs, de lèvres.
Ce que j’entends quand je lis Patrick Chamoiseau. J’entends toujours sa voix avant de l’avoir entendu.
Ces auteurs dont on entend les lèvres qui bougent. 

François Rascalou

Mains de Vincent Mazaudier

Lorsque nous ne nous comprenons pas en parlant la même langue…. 
On peut se donner des rendez-vous, en fait tu crois que tu as rendez-vous mais tu n’as pas rendez-vous, ce n’est pas clair en fait, pourtant les mots ont été dit mais ce n’est pas comme cela que ça fonctionne. 
Nous pouvons parler la même langue mais on ne fonctionne pas de la même façon. 

Le rythme et l’ordre et les passages d’une langue à l’autre. Entre la langue maternelle et ce fameux français. La musicalité, le volume. 

Vincent Mazaudier 

Mains de Marie-Leïla Sekri

Comment le jouer ? 
Cela a été assez agréable de plonger dans des styles, dans des récits très différents 
Je nage quand même un peu en eaux troubles. Comment cela va se passer ?
Comment c’est possible ? 
La langue française ailleurs dans le monde, c’est quelque chose qui me parle beaucoup. 

Marie-Leïla Sekri

Résidence à la Méca, Bordeaux (33) janvier/février 2022, extraits.

Voir les auteurs

* Du latin Spica, action de glâner