Tout Dépend Du Nombre De Vaches à Ramonville

Tout Dépend du nombre de vaches à Ramonville @David Perpère

Ramonville septembre 2020
Nous y voici.
Une semaine de répétitions, le plaisir de retrouver les mots, les espaces, les musiques.
Tout simplement le plaisir immense de se remettre au travail.
Retrouver les sensations de nos métiers, les doutes, le partage, le bitume.
Retrouver les autres.

Et puis jouer. Etre acteur de ces instants de vie.
Reprendre notre chemin et la confiance dans nos gestes artistiques et humains.
Accueillir la présence des spectateurs, ressentir leurs émotions, continuer à regarder et à apprendre grâce au dialogue et au partage.

Le théâtre nous accompagne, nous sommes à cet endroit .
Je crois que nous sommes parvenus à écrire une belle histoire, dans la lignée de nos engagements pour la mémoire en renouvelant le langage et la relation.

Cependant cette période est très compliquée pour chacun d’entre nous.
Nous devons nous adapter à des situations inouïes qui nous contraignent parfois à des compromis nichés au coeur de nos éthiques, de nos motivations profondes.
Nous n’avons pas toutes les réponses et nous ne savons pas si nous avons raison.
Nous allons avoir besoin de forces pour cet avenir incertain dans lequel il nous faudra trouver notre place.
Nous y parviendrons.

Dalila Boitaud-Mazaudier

Note d’intention de Dalila Boitaud / musique Bernard Lubat

Merci à nos camarades d’ARTO et à l’OARA pour leur bienveillance et leur persévérance à nos côtés. Contre vents et marées dans la tourmente…